La spiruline à l’état naturel

Nous vous emmenons sur les rives du lac Lonar en Inde, puis en Birmanie et enfin au Tchad découvrir la spiruline dans son milieu naturel. Prêt ? Bon voyage !

Lac Lonar Inde spiruline

Le lac Lonar en Inde

La spiruline d’Inde

La présence de la cyanophycée « Arthrospira Platensis », que nous appelons spiruline, avait déjà été décrite par le Dr Ripley FOX en 1984. On en trouve la description dans son livre « Spiruline, Technique, pratique et promesse » aux pages 20 et 21.

Lors de ses observations, le Dr FOX avait même estimé la quantité de spiruline présente dans le lac Lonar à plus de 1 000 tonnes !

Cependant cette ressource naturelle n’est pas exploitée par les indiens qui ont préféré classer le lac en zone naturelle protégée. Par contre, d’autres lacs naturels sont eux exploités afin d’extraire la spiruline qu’ils contiennent.

 

La spiruline de Birmanie

C’est la cas du lac « TWYN TAUNG SPIRULINA CRATER LAKE »  situé au Myanmar (ex Birmanie). L’exploitation se fait du mois de février à avril (voir vidéo ci-dessous)

.

Plusieurs étapes sont réalisées pour la récolte de la spiruline depuis son milieu naturel :

  • la couche flottante de spiruline est récoltée dans des bateaux réservoirs directement sur le lac
  • la spiruline ainsi collectée est transférée dans des bassins de culture dans lesquels elle va séjourner quelques temps
  • la filtration se fait sur des toiles inclinées
  • après pressage, les spaghettis sont réalisés à l’aide d’un poussoir important guidé par plusieurs personnes
  • le séchage est fait sur des cadres exposés directement au soleil
  • la spiruline séchée est ensuite commercialisée sous des formes diverses

Les quantités récoltées ne sont pas mentionnées mais on peut imaginer qu’il s’agit de plusieurs dizaines de tonnes par an.

 

Image de prévisualisation YouTube

Cette exploitation intensive d’un lac naturel n’a pour l’instant, pas d’équivalent dans les autres pays du monde.

 

La spiruline du Tchad

Le peuple Kanembou, précurseur en la matière, récolte la spiruline sur les rives du lac Tchad. Ils utilisent des méthodes beaucoup plus simples : la spiruline est ramassée à l’aide de bassines et séchée dans le sable au soleil (voir vidéo ci-après).

 

La méthode traditionnelle des Kanembous du Tchad :

http://www.dailymotion.com/video/x2tism

(vidéo de meilleure qualité en cliquant ici : version anglaise)

 

La méthode traditionnelle améliorée :

Image de prévisualisation YouTube

 

Malgré cette méthode plus rudimentaire, la quantité de spiruline récoltée chaque année est de l’ordre de 80 à 100 tonnes par an !

.

Partout sur la planète, ces sites naturels de développement de la spiruline mériteraient d’être protégés comme réserve stratégique pour l’humanité.

La récolte de ces lacs pourrait également être mieux organisée.

.

Cependant, la culture en bassin reste, de notre point de vue, préférable car elle permet de produire de la spiruline dans toutes les régions du globe qui n’ont pas de lacs naturels contenant de la spiruline.

Elle permet aussi (et surtout) de mieux contrôler les paramètres de production pour garantir une spiruline d’excellente qualité tant sur le plan sanitaire que nutritionnel.

 

 .

Remontez le temps jusqu’à la découverte de la spiruline en lisant notre historique :

historique spiruline

 

Share Button

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *